0 0
Read Time:3 Minute, 47 Second

Les rapports d’audits 2020 et 2021 de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) ont été restitués, ce mercredi 30 novembre, à Dakar. Le rapport 2020 note des performances « satisfaisantes » des autorités contractantes même si des manquements récurrents persistent. Selon le rapport, 3 277 marchés ont été immatriculés sur l’étendue du territoire et s’élèvent à 1150 milliards de FCFA.

Le rapport 2020 de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), présenté ce mercredi, indique que 3 277 marchés ont été immatriculés à travers le pays.

« 3 277 marchés ont été immatriculés sur l’étendue du teritoire. Dakar reste la région qui polarise l’essentiel des marchés engagés sur un budget de 1150 milliards de FCFA de marchés immatriculés, la région en totalise 1073 milliards, soit 93%. En nombre, 2515 marchés ont immatriculés pour la seule région de Dakar, soit 77% », lit-on dans le rapport de l’ARMP.

Sur les 3 277 marchés immatriculés, les marchés de fournitures prédominent, en nombre, avec 1 677, soit 51%, suivis des marchés de travaux qui représentent 27%, ensuite des marchés de services courants, 15%, et enfin, des marchés de prestations intellectuelles, 7%.

Par contre, en montant, « les marchés de travaux sont plus importants. Ils ont mobilisé en 2020 une valeur de 867 milliards de francs, soit 75% de l’ensemble des marchés, suivis des marchés de fournitures qui se chiffrent à 182 milliards (16%). Les marchés de prestations intellectuelles et de services courants ont mobilisé des montants de 56 milliards et 45 milliards, respectivement; ce qui correspond à 5% pour les marchés de prestations intellectuelles et 4% pour les marchés de travaux ».

Par rapport à l’année 2019, le nombre de marchés de travaux immatriculés a augmenté, passent de 781 à 876 marchés en 2020, soit une progression de 12%. En valeur, les marchés de travaux ont également connu une hausse, passant de 822 milliards de francs CFA en 2019 à 867 milliards en 2020, soit une augmentation de 5%.

En ce qui concerne la répartition des marchés publics par mode de passation Sur l’ensemble des marchés immatriculés, l’appel d’offres est le mode de passation le plus utilisé. Il représente 67% en nombre et 61 % en valeur.

Selon le rapport, sur un volume de 3 277 marchés immatriculés, 167 ont été passés par entente directe, ce qui représente un taux de 5%.

Cinq (5) autorités contractantes ont fait immatriculer des marchés dont les montants atteignent 714 milliards de francs CFA, soit 62% du montant total des marchés.

L’Agence des Travaux et de Gestion des Routes (AGEROUTE Sénégal) a été le plus gros acheteur en montant pour l’année 2020 avec un montant de marchés de 214 milliards de francs CFA représentant à elle seule 19% du montant total des marchés immatriculés. Elle est suivie de la SOGIP avec 158 milliards de FCFA soit 14% du total des marchés en montant.

Ce top 5 montre une forte volonté d’investissements dans les infrastructures socio-économiques (enseignement supérieur, routes, énergie, eau, infrastructures sportives).

La PNA se place à la sixième place, ce qui démontre l’importance des acquisitions en médicaments et produits pharmaceutiques dans les dépenses publiques, et ce, malgré le décret pris en mars 2020 pour déroger du Code des Marchés publics.

Manquements sur les procédures

En nombre, la Société d’Electricité SENELEC a passé le plus grand nombre de procédures avec 132 marchés immatriculés soit 4 % du total. Elle est suivie de I ‘Hôpital Principal de Dakar avec 128 immatriculations, soit près de 4% du nombre total des marchés.

Le top 5 en nombre représente 16% en nombre sur l’ensemble des marchés immatriculés pour la grande majorité, les autorités contractantes ne se conforment pas à leur obligation de transmettre à la Direction centrale de Marchés publics les informations prévues à l’Arrêté n°00107 du 7 janvier 2015 aux fins de publication d’un avis d’attribution sur le site des Marchés publics.

Parmi les manquements, on  peut noter la violation de l’article 44 du CMP, l’absence de simultanéité dans la transmission des lettres d’invitation, en violation de l’article 3 de l’Arrêté n°00107 du 7 janvier 2015 relatif aux modalités de mise en œuvre des procédures de DRP en application de l’article 78 du CMP, le défaut d’identification de fournisseurs invitées dans une liste restreinte, en violation des articles 11 alinéa 2 du CMP, le manque de transparence dans certaines procédures de DRP.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Une confrontation Ousmane Sonko-Adji Sarr programmée le 06 décembre
Next post Conseil des ministres – Soutien de l’Etat aux Daaras : le Président Macky Sall active Amadou BA

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *