0 0
Read Time:3 Minute, 21 Second

Les Mutilations génitales féminines (MGF) sont une « norme sociale », pratiquée depuis près 2000 ans. Des estimations récentes estiment qu’au moins 200 millions de filles et de femmes en ont subi des MGF dans plus de 30 pays où la pratique est concentrée. Une pratique que l’Ong Action Aid combat afin de permettre à ces femmes et filles de ne pas subir les conséquences désastreuses que cela peut avoir sur leur santé physique et psychologique. 

En partenariat avec le ministère de la Santé et de l’Action sociale ainsi qu’avec celui de la Femme, de la Famille et de la Protection des enfants, Action Aid mène des campagnes de sensibilisation et de conscientisation en vue d’éradiquer ce fléau dans les régions où cette pratique est plus présente à savoir : Kendougou, Tamba, Matam, Sédhiou, (…), chez les mandingues, diolas, etc. Toutefois, les défis majeurs pour lutter contre cette pratique sont l’absence de dénonciation, le silence des victimes et les ressources insuffisante.  

Des chiffres qui font peur

Au Sénégal, comme dans beaucoup d’autres pays d’Afrique, les Mutilations génitales féminines (MGF) font partie intégrante des coutumes de certaines communautés. Pour justifier cette pratique, certains avancent qu’elles permettent à la personne qui a subi cette « opération » de « s’abstenir » une fois l’âge de la puberté atteinte. Selon Mme Gackou, la représentante du ministère de la Santé et de l’Action sociale, « 92 % des femmes âgées entre 15 et 49 ans sont excisées dans la région de Kédougou, 87 % dans celle de Matam, 86 % à Sédhiou et 85% dans la région de Tambacounda. Tandis qu’au niveau national, il est révélé que parmi les femmes âgées de 15-49 ans, 24,0 % ont déclaré avoir été excisées. Ces formes de violence qui ne sont pas sans conséquences aboutissent à « des traumatismes psychologiques vécus comme un malaise social par la victime avec la stigmatisation ».

Des séances de sensibilisation ont réalisées ce jeudi à Mbour, lors de la deuxième journée des travaux menés par Actionaid pour les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux filles et aux femmes afin de former et d’encadrer les populations des localités concernées à savoir les relais communautaires, les enseignants, etc.

D’après les chiffres fournis par le chargé du projet « Abandon des Mgf » au ministère la Femme, de la Famille et de la Protection des Enfants, Mamadou Ndoye, « on estime à 4 millions le nombre de filles qui risquent de subir des MGF chaque année ce qui devrait passer à 4,6 millions de filles par an soit un total de 6, 8 millions de filles par an d’ici 2030. Ce en tenant compte du taux de croissance démographique élevé dans les pays où la prévalence est élevée, a déclaré M Ndoye. À en croire ce dernier, « il faut intégrer les grand-mères dans les programmes de sensibilisation car ce sont elles les plus ancrées dans la culture. De ce fait, il faut les inviteer à abandonner cette pratique néfaste ».

Des recommandations…

Par ailleurs, des difficultés sont rencontrées par les acteurs qui font face à des nombreux problèmes socioculturels dans les zones de résistance (poids de la tradition, les croyances religieuses). Mais aussi du faible taux de dénonciation des auteurs, des interventions des cadres de coordination et de suivi.

Pour combattre ce dangereux fléau que constituent les MGF, Action Aid par la voix de son Directeur pays, Zakaria Samakhe recommande de promouvoir le leadership féminin, « de vulgariser et renforcer les dispositions juridiques existantes, d’encourager la population et les victimes à signaler les cas de violences sexuelles, de former les parlementaires sur les VBG, de créer des comités locaux de lutte, ainsi qu’un financement à la hauteur, etc. Il a aussi appelé à ce que dans la mise en œuvre de ses engagements, l’État collabore avec les ONG qui jouent le rôle d’alerte et de veille en matière de droits humains.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Ligue 1 : le Casa Sports reprend la première place du championnat
Next post Lycée de Gamadji Sarré / don d’équipements sportifs

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *