0 0
Read Time:2 Minute, 32 Second

Quelque 2000 femmes et jeunes des régions de Tambacounda, Kolda et Sédhiou ont été enrôlés dans le cadre du projet Femme et agriculture résiliente (FAR), a t-on appris, mercredi, du responsable dudit projet.

‘’Actuellement, on est à 2000 femmes et jeunes qui sont enrôlés dans le projet avec tout l’accompagnent en renforcement de capacités, mais également par des équipements, des financements pour améliorer le bien-être socio-économique et la résilience des ménages agricoles face aux changements climatiques », a déclaré la cheffe de projet, Dado Baldé.

Elle s’entretenait avec des journalistes à l’issue du forum inter-régional sur l’entrepreneuriat et l’accès au financement des femmes et des jeunes. 

Mme Baldé a souligné que ‘’le projet FAR intervient dans les régions de Tambacounda, Kolda et Sédhiou et appuie les producteurs et productrices dans des filières bien ciblées telles que la banane, le riz et le maraichage’’. 

’’Il y a actuellement des groupements de femmes et des jeunes qui ont 6 à 7 hectares avec tous les aménagements à l’intérieur pour aller vers des productions à échelle et accéder à des marchés structurants’’, a-t-elle souligné.

Elle a salué ‘’les efforts qui ont été faits aussi bien par l’Etat, les agences, les projets et programmes qui sont dans nos zones d’intervention au niveau national pour faciliter l’accès aux financements’’. 

‘’Il y a des produits financiers pour les jeunes et les femmes, mais il faut qu’on s’arrête parce qu’il est important de revoir les produits financiers existant pour qu’ils soient beaucoup plus adaptés à leurs besoins dans les chaines de valeurs agricole’’, a-t-elle plaidé.  

Elle estime que ‘’cela va permettre aux jeunes et femmes de créer et de développer des entreprises qui sont structurantes permettant de créer des emplois dans les zones d’intervention ». 

Pour Dado Baldé, l’appui aux jeunes et femmes ‘’est un pivot indispensable pour atteindre l’autosuffisance alimentaire parce qu’ils sont une main-d’œuvre importante’’. 

L’adjointe du gouverneur de la région de Kolda chargée du Développement, Marème Hann Kouyaté, a, pour sa part, salué ‘’les efforts consentis par le projet FAR et ses diffèrents partenaires engagés à améliorer le bien-être socioéconomique et la résilience des ménages agricoles des régions de Sédhiou, Kolda et Tambacounda, en ciblant surtout les femmes et les jeunes’’.

Elle a insisté sur ‘’la nécessité de la formation et l’accompagnement des jeunes et des femmes’’ qui, selon elle, ‘’seront au début et à la fin de tout processus d’émancipation de notre pays parce que nous avons des ressources humaines de qualité, surtout les femmes qui sont braves, déterminées et engagées’’.  

“Il nous faut aussi des ressources financières adaptées à coût raisonnable avec des capacités d’offrir aux agriculteurs et aux producteurs des produits financiers pour le long terme afin de répondre à leurs besoins de modernisation et de développement durable indispensables à notre résilience”, a-t-elle ajouté.

SOURCE APS

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré renonce à son salaire de Président
Next post Entrepreneuriat : L’ Association « Sénégal 109 » à l’assaut du chomage des jeunes

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *