0 0
Read Time:2 Minute, 24 Second

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le porte-parole du gouvernement invite ses concitoyens à « vaquer normalement à leurs occupations ». Il n’y a « pas de raison de paniquer, poursuit-il, la situation est totalement sous contrôle ».

Un appel au calme alors que les évènements ont surpris la population. « Ici, personne ne s’attendait à ça » confie un habitant de Banjul, la capitale, joint par RFI.

Dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest, aucune autre information que celles partagées par les autorités aujourd’hui n’a filtré. Seulement de rares témoignages qui font état de « mouvements » inhabituels, « de soldats » aperçus autour du palais présidentiel.

D’après le gouvernement, parmi les quatre soldats arrêtés, car soupçonnés d’être à l’origine de ce coup de force déjoué, deux viennent de la marine militaire. Ils collaborent en ce moment avec les autorités dans l’enquête en cours.

Un ancien ministre sous Jammeh interrogé

« Le gouvernement de la Gambie annonce que, sur la base de renseignements indiquant que certains soldats de l’armée gambienne complotaient pour renverser le gouvernement démocratiquement élu du président Adama Barrow, le haut commandement (des forces armées gambiennes) a rapidement monté une opération militaire hier et a arrêté quatre soldats », a écrit dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux Ebrima G. Sankareh, porte-parole du gouvernement et conseiller présidentiel.

Dans la soirée, la police gambienne a affirmé dans un autre communiqué avoir interrogé Momodou Sabally, ancien ministre des Affaires présidentielles sous le régime Jammeh, après la diffusion d’une vidéo qui suggère que le président sera renversé avant les prochaines élections locales.

Fragile régime démocratique après 22 ans de dictature

Ce serait la dernière tentative de coup de force en date en Afrique de l’Ouest depuis 2020, après deux putschs réussis au Mali et au Burkina Faso et un autre en Guinée, et une tentative de fait accompli en Guinée-Bissau.

Cette série inquiète vivement les dirigeants ouest-africains, confrontés à une multitude de défis – de la pauvreté à la propagation du jihadisme – aggravés par la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine.

Avec cet évènement, les observateurs craignent une déstabilisation du fragile régime démocratique dans une région en proie à de nombreux putschs. En 2017, l’élection d’Adama Barrow, a mis fin à 22 ans d’un régime autocratique dirigé par Yahya Jammeh. Le président a ensuite été réélu pour un second mandat le 5 décembre 2021.

Pour Baba Hydara, à la tête du journal gambien The Point. ce putsch manqué est un signe que le gouvernement d’Adama Barrow doit « tout faire » pour restaurer « la confiance » entre l’armée et le pouvoir, après avoir mis fin en 2017 à deux décennies d’un régime autocratique dirigé par Yahya Jammeh. D’autant que la sécurité présidentielle est assurée par des troupes sénégalaises, par exemple.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Erdogan à Macky : « Nos relations économiques avec l’Afrique sont équitables et équilibrées »
Next post Entre André Onana et la sélection du Cameroun, c’est fini

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *